Pourquoi allier stratégie de contenu et référencement naturel ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Complexité
    • . . . . .
  • Temps de lecture
    • 3 minutes

Pourquoi allier stratégie de contenu et référencement naturel ?

24/08/2022

La stratégie de contenu est un indispensable lors de la conception d’une stratégie de communication. Réseaux sociaux et articles de blog sont les premiers éléments qui viennent à l’esprit de tout responsable communication. En parallèle de cela, il faut combiner des actions de référencement naturel (SEO) pour exploiter le contenu créé. Voyons pourquoi et comment combiner SEO et stratégie de contenu pour performer.

SEO et stratégie de contenu sont complémentaires

Clarifiez votre positionnement

La stratégie de contenu permet de définir clairement un positionnement et des objectifs de communication. Même chose pour le référencement naturel pour la définition des mots-clés et requêtes.

Adressez vous aux bonnes personnes

Dans les deux stratégies, il est indispensable de savoir à qui ont parle . Cela passe notamment par la réalisation de personas, véritables guides pour la création de contenu.

Générez du trafic sur votre site web

L’objectif des deux est de se focaliser sur la visibilité de l’entreprise, d’assurer la qualité du contenu proposé et, évidemment, l’augmentation du trafic.

C’est alors que l’optimisation du contenu rencontre le référencement naturel. La stratégie de contenu contribue à l’amélioration du contenu tandis que le référencement SEO améliore sa visibilité.

Actions d’optimisation de contenu

Référenceurs
Solution la plus efficace, faire appel à un référenceur ou à une agence digitale pour obtenir des résultats rapides et sur le long terme. Ce spécialiste vous accompagne et vous conseille pour identifier les tendances actuelles et les sujets les plus pertinents du moment. Capable de susciter et capter l’audience des lecteurs. Faire appel à un prestataire externe évite de se soucier du référencement. L’agence sélectionne des mots clés, s’assure de l’intégration, rédige des balises et vérifie la pertinence des métas.

S’inspirer
S’inspirer des concurrents est quelque chose de très sain ! Rien n’interdit de reprendre ce qui fonctionne mais évitez le copier-coller. Il existe également de nombreux sites qui font référence dans leur domaine et sur lesquels vous trouverez l’inspiration pour vos prochains contenus.

Netlinking
Cette stratégie de référencement naturel vise à produire du contenu qualitatif et y insérer des backlinks. Publier des articles sur des sites partenaires est un moyen de promouvoir son blog et son site web. Cette technique vise à améliorer le positionnement Google et permet d’attirer des visiteurs visitant les pages porteuses de backlinks.

Calendrier éditorial
Le rythme de publication a une influence sur le référencement. Construire un calendrier éditorial permet d’établir une stratégie globale sur l’année en fonction des grandes thématiques ou des moments forts. Il ne s’agit pas de suivre à la minute près l’heure et la date de publication mais il est plutôt recommandé de réévaluer la pertinence du contenu au moment où il doit être publié.

Conclusion

Allier référencement naturel et stratégie de contenu permet d’optimiser les résultats générés et d’exploiter le potentiel du contenu rédigé. Il vous est possible de travailler votre calendrier éditorial et de trouver l’inspiration sur les réseaux sociaux et de nombreux blogs. Mais également, se rapprocher d’une agence spécialisée en stratégie digitale pour atteindre vos objectifs et augmenter le trafic de votre site web.

Augmentez votre visibilité avec le référencement local

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 3 minutes

Augmentez votre visibilité avec le référencement local

22/07/2022

Depuis l’émergence massive de la navigation mobile et de la personnalisation des résultats des moteurs de recherche basée sur la géolocalisation, le référencement local est désormais un levier d’acquisition incontournable pour toute entreprise. Pilier d’une stratégie digitale, le référencement local (ou le SEO local) est synonyme de visibilité et de conversion pour les TPE et les grandes entreprises, à condition de mettre en place un plan d’action cohérent.

Pourquoi améliorer votre visibilité locale ?

Concentrez-vous sur votre zone de chalandise

Outre la visibilité, le référencement local est avant tout un besoin des entreprises ayant des zones de chalandise ciblées en touchant des clients et clients potentiels sur un certain territoire. En effet, près de 80% des recherches sur Google ont une portée locale (recherches d’adresses, d’horaires, etc.). Ainsi, investir un peu dans le référencement local peut renforcer la proximité et la puissance d’une entreprise en plaçant son site web parmi les résultats locaux de Google.

Démarquez-vous par la proximité

Internet est un outil indispensable, et le référencement local offre un réel potentiel de visibilité, notamment pour les petites structures. En effet, alors que les grands groupes bénéficient d’un grand nombre de ressources et de canaux pour se faire connaître à l’échelle nationale, un artisan ou une PME gagnera à être référencé localement.

Limites du référencement localisé

Le référencement local n’est pas pertinent au niveau régional. La variance des requêtes à ce niveau est extrêmement faible. Il est préférable de se limiter autant que possible à la taille du département.

Construisez votre stratégie de référencement local

Créer du contenu « localisé »
En SEO, on dit que le contenu est roi. Cet adage est encore plus vrai pour le référencement local. En effet, la détermination de la localisation géographique d’un lieu naturel conduit à l’inscription d’un lieu dans des textes différents, visibles et invisibles par la suite :

  • Balises meta (titre, description, ALT de l’image, etc.)
  • URL (domaine)
  • Contenu texte pour les internautes (Hn et texte),
  • Éléments qui se répètent tout au long de la page Web (pied de page).

Optimisation locale de votre site Web
La première étape d’une stratégie locale réside dans la conception du site Web lui-même, en l’optimisant pour les moteurs de recherche. Comme le référencement classique, le référencement local consiste à ajuster le contenu visible et invisible de votre site Web pour envoyer les bons signaux aux moteurs de recherche.

Créer sa fiche d’établissement sur Google My Business
En complément de l’optimisation du site web, Google, dans sa grande mansuétude, propose un outil idéal pour développer sa notoriété locale : Google My Business. Cet outil permet de créer gratuitement une fiche pour votre établissement, sur laquelle vous pouvez indiquer toutes les informations concernant votre commerce, dont vos coordonnées et les horaires d’ouverture. Ces données seront ensuite utilisées pour être affichées sur Google Maps et dans ses résultats de recherche.

Optimiser son site pour la navigation mobile
Ne perdez pas de vue que le référencement local tire son avantage de la navigation mobile. Votre site doit donc être “mobile friendly”. Les réseaux sociaux font également partie intégrante de la stratégie de référencement locale, en particulier les annuaires. Y créer une fiche pour présenter votre établissement est donc indispensable pour uniformiser vos coordonnées : Nom, adresse, téléphone, le B.A.-BA du référencement local. Cela enverra à Google les signaux qu’il attend pour améliorer votre référencement naturel ET local.

Conclusion

Pour les entreprises, le référencement naturel est un moyen efficace et de long terme à mettre en œuvre pour développer la visibilité locale. Reste qu’il est nécessaire de bien comprendre les mécanismes, avantages et inconvénients pour agir. Il convient de faire appel à un professionnel afin de mettre en œuvre et réaliser une véritable stratégie de référencement.

Pourquoi et comment mettre en place un outil de marketing automation ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Complexité
    • . . . . .
  • Temps de lecture
    • 3 minutes

Pourquoi et comment mettre en place un outil de marketing automation ?

22/02/2022

Pour atteindre vos objectifs et mener à bien vos stratégies marketing, certains outils clés vous seront extrêmement utiles. Indispensable dans toute stratégie digitale, d’inbound marketing plus particulièrement, le marketing automation est une solution qui permet de booster la génération de nouveaux prospects entrants en BtoB. Modulable et adaptable, les diverses fonctionnalités qui composent le marketing automation peuvent vous aider à gagner en efficacité. Comment cela fonctionne concrètement et pourquoi l’utiliser ? Toutes les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le marketing automation ?

Le marketing automation est un processus qui permet d’automatiser et d’industrialiser, grâce à des outils, des campagnes marketing, selon des scénarios prédéfinis. Pour faire simple, le marketing automation, c’est envoyer le bon message, au bon moment, à la bonne personne via le bon canal. Parmi les fonctionnalités les plus connues, on retrouve par exemple la possibilité de déclencher des campagnes emails ou SMS, en fonction du comportement d’un visiteur sur votre site internet. Il est également possible d’automatiser de nombreux autres éléments :

Les outils d’automatisation du marketing peuvent vous aider à rationaliser tout votre processus de communication.

Chaque action s’effectue automatiquement, au moment jugé le plus opportun, augmentant ainsi vos chances de générer de nouveaux prospects et de les convertir en acheteurs. D’autre part, votre équipe marketing, libérée des tâches répétitives, peut se consacrer à d’autres projets. Cette automatisation consiste en trois grands points :

  •  Individualiser et adapter l’approche client :
    Le marketing automation permet de cibler chaque prospect individuellement en lui envoyant le contenu le plus intéressant selon son activité et les contacts qu’il a eus avec vous. Une méthode plus efficace que d’envoyer des emails en masse et dont l’efficacité reste relative.
  • Identifier les prospects « chauds » :
    Les outils de marketing automation peuvent attribuer à chaque prospect un score (le scoring), en fonction de la probabilité de conversion. Vous pouvez programmer une action en fonction de chaque score afin de le conduire étape après étape vers votre équipe commerciale.
  • Segmenter une base de données :
    Les plateformes de marketing automation accompagnent la segmentation de votre base de données pour créer des scénarios ciblés. Les segments peuvent se baser sur la situation géographique, sur les pages de votre site internet visitées ou encore sur les préférences d’achat exprimées.

Pourquoi le mettre en place ?

L’objectif de mettre en œuvre une stratégie de marketing automation, c’est avant tout d’automatiser des actions marketing en fonction du comportement des prospects. Il s’agit sans nul doute d’un gain de temps considérable pour les équipes marketing (d’un gain d’argent donc pour l’entreprise). C’est également l’efficacité du service marketing et du service commercial qui est modifiée. Les équipes disposent d’une vision beaucoup plus claire du parcours utilisateur et des offres qu’il est possible de proposer. Les fonctionnalités de scoring permettent d’identifier les prospects « chauds » pour maximiser les taux de conversion. Enfin, lorsque vos campagnes sont lancées, de nombreux indicateurs vous indiquent le taux d’ouverture et le taux de clic, indispensables pour adapter par la suite vos messages et vos canaux. En bref, le marketing automation aide à optimiser le tunnel de génération de leads et de ventes mais pas que :
  • Alimenter vos équipes commerciales en générant plus de prospects
  • Améliorer votre taux de conversion en générant des prospects plus qualifiés
  • Optimiser votre base de données en améliorant votre segmentation
  • Fidéliser votre base de données en créant une relation de confiance (personnalisation de la relation)
  • Améliorer l’efficacité de vos campagnes marketing
  • Gagner en productivité en éliminant les tâches répétitives

Comment fonctionne un outil de marketing automation ?

Les outils sont très variés et dépendent des tâches à réaliser : qualification des leads, relance de panier abandonné, etc. Les tâches automatisées sont programmées au sein de scénarios ou workflows. Les contacts entrent dans un scénario à partir d’un point d’entrée puis sont filtrés en fonction de conditions qui prennent en compte leur identité (genre, âge, nombre d’achats, etc.) ou leurs actions. On pourra retrouver des emails marketing, landing pages, infographies, livres blancs, newsletters, ebooks, offres promotionnelles personnalisées, formulaires d’inscription etc…

1. La première étape, la plus importante dans cette stratégie, est de connaître votre prospect et d’obtenir des données pour nourrir l’outil. C’est alors qu’entre en jeu les landing pages, formulaires et popup pour récupérer des informations de contact.

2. La seconde étape est le tracking et scoring. Vous pourrez analyser les actions de vos visiteurs sur le site, déterminer s’il s’agit d’un prospect froid, tiède ou chaud en fonction des pages visitées et du temps passé.

3. La troisième étape est de réaliser la segmentation des prospects avec l’outil d’automatisation pour envoyer des messages et annonces ciblés en tenant compte du niveau d’avancement du prospect dans le parcours de vente. Enfin seulement, les outils de lead nurturing participent à nourrir les prospects afin de les faire monter en maturité et de les aider à avancer dans le cycle d’achat.

La mise en place de campagnes marketing différentes en fonction des canaux d’acquisition est facilitée par les outils de marketing automation, créant ainsi des tunnels de vente spécifiques en fonction du comportement de vos prospects. À chaque canal d’acquisition son tunnel de vente propre. Les données collectées suite à vos actions de marketing automation vous offrent une vision globale pour l’amélioration de vos ventes et permettent de mesurer :

  • Le taux de transformation des visiteurs en prospects
  • Les taux d’ouverture d’une campagne
  • Les taux de clic sur les call to action
  • Le retour sur investissement d’une campagne
  • Le niveau d’engagement de la cible

Conclusion

Le marketing automation utilise plusieurs outils pour automatiser vos activités promotionnelles et faire avancer vos clients dans l’entonnoir de vente. Automatiser une partie de ses actions marketing permet de mieux segmenter son marché, en créant un score pour noter les prospects. Les avantages sont nombreux puisque l’automatisation permet de concevoir la meilleure stratégie possible, d’augmenter les ventes et de libérer vos équipes marketing pour effectuer des tâches plus importantes. Pour réussir cette stratégie, il faut avoir une feuille de route claire et une excellente connaissance de vos clients.

Vous souhaitez en savoir plus sur le marketing automation ou être accompagné dans l’élaboration et la mise en place d’une stratégie digitale globale ?

Pourquoi et comment créer une newsletter ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 3 minutes

Pourquoi et comment créer une newsletter ?

20/12/2021

Une newsletter est un email envoyé à une liste d’abonnés, de clients ou de prospects. Indispensable à toute stratégie d’inbound marketing, elle permet d’entretenir une relation forte avec ses contacts, les fidéliser et se positionner comme un expert dans son secteur d’activité. Pour ce faire, il faut solliciter l’intérêt en travaillant à la fois le fond, et la forme, toujours dans l’optique de rendre l’email attractif et pertinent.

Pourquoi lancer une newsletter ?

Actuellement, on compte près de 4 milliards de personnes à travers le monde qui utilisent l’email quotidiennement. D’après les prévisions (source : Statista), ce chiffre devrait monter à 4,3 milliards en 2023. Pour les professionnels, le retour sur investissement de l’emailing est tout simplement le plus élevé parmi toutes les actions marketing possibles. Une étude (Chief Marketing) montre que le ROI est de 28.5%. Mais ce n’est pas tout !

  • Budget abordable
    La question du budget est souvent la plus épineuse. La newsletter a l’avantage de coûter moins cher et de prendre peu de temps dans sa mise en place. C’est l’un des canaux de communication avec le meilleur retour sur investissement.
  • Rapidité de mise en œuvre
    La newsletter est un levier marketing facile à mettre en place puisqu’en dehors de la création à proprement parler, elle nécessite peu de compétences techniques (si on ne désire pas un design 100% personnalisé) et reste donc une solution très simple à utiliser.
  • Trafic régulier sur le site internet
    Différentes études montrent que 72% des clients préfèrent être contactés par email (source : Marketing Sherpa). Dans ce contexte, la newsletter est un excellent moyen de diffuser vos contenus éditoriaux jusqu’à votre cible et de rediriger vers votre site si les boutons d’action sont optimisés.
  • Mise en valeur du contenu créé
    Créer du contenu pour capter l’attention des cibles est devenu indispensable. Qu’il s’agisse de fidéliser une communauté ou éduquer des prospects sur l’intérêt de produits ou services, la newsletter est un très bon moyen de mettre en valeur une marque en offrant à une cible un contenu pertinent et différenciant.
  • Fidéliser une audience
    31% des spécialistes du marketing estiment que la newsletter est le meilleur moyen pour nourrir vos prospects (source : Content Marketing Institute). La newsletter, quelle que soit la périodicité, est un rendez-vous régulier. Il s’agit de s’engager sur la durée et de créer un lien fort avec une communauté.
  • Booster les ventes
    Envoyer une newsletter offre la possibilité de mettre en avant des produits ou services et de booster les ventes, avec une sélection de produits en promotion, un article d’actualité ou une présentation de l’offre de l’entreprise. Les lecteurs aiment la nouveauté et surtout la primeur de l’information.
  • Mesurer les performances
    L’analyse des performances est centrale en marketing et communication. En fonction des canaux, les chiffres peuvent être particulièrement difficiles à récupérer et à interpréter. La newsletter offre de nombreuses données : Taux de clic, taux d’ouverture, désabonnement, etc. Ces chiffres aident à mesurer le retour sur investissement.
    À contrario, une newsletter mal exploitée et mal conçue aura tendance à vous faire obtenir des résultats totalement inverses : perte de clients, perte de trafic, diminution des ventes, etc.

Comment créer une newsletter ?

La création d’une newsletter en 7 étapes simples :

Étape 1 : Définir l’objectif
L’objectif premier d’une newsletter est d’informer. Pour le reste, vous devez être au clair sur les objectifs visés : Partager conseils & actualités du secteur ?
Accompagner l’utilisation d’un nouveau produit ? Booster les ventes de la boutique en ligne ? Fidéliser les utilisateurs ?

Cette étape est indispensable puisqu’elle détermine les étapes suivantes et permet de suivre les bons indicateurs (KPIs) pour analyser la performance de la newsletter.

Étape 2 : Construire la liste de diffusion et choisir la cible
Certains professionnels disposent déjà d’une base de données ayant accepté de recevoir des informations commerciales par e-mail ou une newsletter tout simplement. Il suffit donc d’importer la liste. Il peut être utile de segmenter la base pour obtenir une cible définie et envoyer du contenu personnalisé.

Étape 3 : Créer un formulaire d’inscription
La création d’un formulaire d’inscription est une étape cruciale afin de faire grossir la liste de diffusion, si ce n’est pas déjà fait.
De nombreux outils d’emailing permettent de créer un formulaire et de l’intégrer à un site web. Pour multiplier l’impact de la newsletter, il est possible d’intégrer le formulaire à différents endroits : par une pop-up sur l’écran, dans un article de blog ou sur le footer (pied de page).

Étape 4 : Rédiger le contenu de l’email
Le contenu de la newsletter dépend des objectifs définis en amont : informer, conseiller, vendre, etc. Structurer le message en soignant le titre et en travaillant le contenu par rubriques ou paragraphes. Enfin, il faut porter une attention particulière aux boutons d’actions intégrés.

Étape 5 : Adapter le design
Autant que le contenu, le design est important. Il est impératif de conserver une cohérence graphique entre les différents supports de communication (site internet, e-mail, réseaux sociaux, etc). La majorité des outils d’emailing proposent des éditeurs « glisser / déposer », qui permettent de créer un design en quelques clics.

Étape 6 : Optimiser la newsletter sur mobile
Près de 70% des emails sont d’abord consultés sur un mobile. La newsletter doit donc être responsive et s’adapter à tout format.
Pour cela :
– La taille de la typographie doit être correcte afin que le texte soit lisible facilement
– La taille des images ne doit pas trop lourde
– La mise en page doit être simple et le design épuré

Étape 7 : Envoyer la newsletter et suivre les performances
Une fois que tout est prêt, il est possible d’envoyer la newsletter ou de programmer l’envoi. Avant de lancer l’envoi :
– Tester sur différentes messageries pour vérifier qu’il ne tombe pas dans les courriers indésirables
– Tester les liens présents dans l’email
Les principaux indicateurs de performance à suivre sont le taux d’ouverture, le taux de clic, le taux de désabonnement et le taux de réactivité.

Conclusion

Une bonne newsletter est une newsletter qui arrive au bon moment.
Ce “bon moment” est différent en fonction de l’audience mais des tendances se dessinent :
– Vers 10h : Arrivée au bureau ou durant la pause café
– Vers 13h : Après la pause déjeuner
– Vers 18h : Avant de quitter le bureau ou durant leur trajet de retour (transports en commun)
Les lundis et mardis obtiennent de meilleurs résultats tandis que le week-end obtient un meilleur ratio entre taux d’ouverture et taux de clics.
Concernant la fréquence, il faut surtout se concentrer sur la régularité et la qualité du contenu plutôt que sur la périodicité. Mieux vaut donc un contenu de qualité tous les trimestres qu’un contenu passable toutes les semaines.

Seule solution donc : essayez, essayez et encore essayez, pour bien comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas auprès de votre/vos cible(s).

Vous souhaitez développer votre propre newsletter ? Expliquez-nous votre projet.

Pourquoi opter pour la publicité sur les moteurs de recherche (SEA) ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 3 minutes

Pourquoi opter pour la publicité sur les moteurs de recherche (SEA) ?

25/10/2021

Qu’est-ce que le SEA ?

Le SEA ou Search Engine Advertising désigne une stratégie de référencement payant en opposition au SEO, référencement naturel. Le SEA a pour objectif de rendre un site plus visible par les internautes sur les moteurs de recherche via un outil de ciblage payant.

C’est l’un des meilleurs moyens pour se positionner rapidement sur les mots-clés visés et générer du trafic sur un site. Le SEA permet de placer une annonce publicitaire en bonne position sur les moteurs de recherche. Sur Google, l’outil se nomme Google Ads.

Avant de se lancer dans une stratégie SEA, il est nécessaire de construire un plan d’action clair et précis en identifiant les mots-clés importants sur lesquels se positionner puis rédiger des annonces.

Les campagnes Google Ads offrent de la flexibilité que le SEO n’a pas. Pour être bien référencé, il est essentiel de respecter certaines normes fixées par le moteur de recherche pour remonter dans le SERPs, Search Engine Results Page (ou page de résultats du moteur de recherche).

SEO vs SEA : quelle différence ?

Comme dit précédemment, le SEO, référencement naturel est en théorie gratuit ou du moins, cette stratégie ne nécessite pas de verser une commission aux moteurs de recherche. Le SEO requiert du temps pour créer du contenu et optimiser un site web.

Pour réussir sa stratégie de référencement naturel, 4 leviers seront analysés :
– Cohérence du contenu de la page avec le mots-clé de recherche
– Fraîcheur des contenus du site dans une ligne éditoriale de qualité
– Notoriété des contenus dans une stratégie d’inbound marketing
– Qualité du code du site développé respectant les normes actuelles

A contrario, le SEA, référencement payant, nécessitera un budget publicitaire. Pour simplifier, il s’agit de se positionner sur des mots-clés (ex : Lunettes homme, lunettes angers, lunettes made in france, etc…) puis, via un système d’enchères en fonction de la concurrence sur les requêtes sélectionnées, le site internet sera positionné sur la première voire sur la seconde page. L’utilisation du SEA permet un ciblage précis, une maîtrise des coûts et un suivi des résultats en temps réel.

Le référencement naturel est un travail à mener sur le long terme, qui demande des compétences particulières et un suivi régulier. Le référencement payant permet d’obtenir des résultats plus rapidement.

Comment se lancer ?

Une fois le site web mis en ligne, il faut alors définir les mots-clés sur lesquels se positionner. Si ceux-ci sont mal choisis, les résultats ne seront pas pertinents. Pour être efficaces, les expressions devront avoir un potentiel, c’est-à-dire être recherchés par les internautes.
Ce n’est qu’après seulement qu’il est possible de créer une annonce publicitaire.

Vient ensuite la création de l’annonce créée en fonction des objectifs commerciaux et marketing, des cibles et de la page d’atterrissage.

Ces différentes étapes sont réalisables en interne au sein de l’entreprise, mais il est préférable de faire appel à un professionnel qui saura mieux les optimiser suivant la stratégie et le plan d’action.

Conclusion

Pour conclure, si l’entreprise fait le choix du référencement payant pour augmenter la visibilité du site internet, voici ce qu’il faut retenir :
  • Visibilité rapide de votre site : Option la plus recommandée pour obtenir des résultats significatifs dans un court délai.
  • Complément au référencement naturel : Plus de facilités d’atteindre une cible particulière en se servant des différentes techniques de marketing plutôt qu’une seule.
  • Contrôle en temps réel : Possibilité de modifier et d’ajuster en temps réel l’annonce et le budget.
Vous souhaitez faire de la publicité en ligne ? Expliquez-nous votre projet.

Le storytelling, l’atout marketing pour convaincre et vendre

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Sébastien
  • Niveau de complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 7 minutes

Le storytelling, l’atout marketing pour convaincre et vendre

01/09/2021

On peut le lire partout : le storytelling est l’une des armes les plus puissantes en termes de communication pour une entreprise. Traduit littéralement par “raconter une histoire”, il s’agit, dans les faits, d’instaurer une communication narrative dans sa stratégie digitale. Au-delà de chercher l’originalité, cet outil marketing permet également de travailler son image de marque, sa personnalité et ses valeurs.

Où et quand utiliser le storytelling ?

Sa seule limite, c’est votre imagination. Cette technique marketing peut être utilisée pour votre communication journalière, pour votre image de marque ou ponctuellement pour une campagne particulière. De nombreux moyens sont disponibles pour communiquer avec vos clients et prospects : site web, réseaux sociaux, emailing, etc.

content-marketing-storytelling

Toutefois, il n’est pas toujours facile, selon son secteur d’activité, de capter pleinement l’attention ou de susciter l’émotion. Pourtant, le storytelling, quant à lui, peut s’appliquer à n’importe quel domaine ! Issu du content marketing et du copywriting, il permet de provoquer des sentiments comme l’attachement à des personnages, l’indignation par rapport à une situation ou de la joie.

Déterminer un objectif et une trame narrative

Cette technique se base aussi bien sur des histoires réelles, comme la création de l’entreprise ou les expériences de vos clients, que sur l’imaginaire du lecteur. Ainsi, en plus des arguments commerciaux traditionnels, le storytelling permet de donner une toute autre dimension aux produits ou à l’entreprise pour atteindre votre objectif :

  • Accroître votre notoriété,
  • Fidéliser vos clients,
  • Gagner des abonnés sur vos réseaux sociaux,
  • Booster votre chiffre d’affaire lors d’une campagne publicitaire, 
  • Etc.

Utilisé généralement dans le domaine de la parfumerie du luxe en général pour séduire, le storytelling se décline de 1001 façons pour créer et concevoir :

  • Des articles de blog,
  • Des newsletters,
  • Les pages de votre site (produits, à propos, etc.),
  • Des e-books, 
  • etc.

Susciter l’envie : vendre et véhiculer ses valeurs

Vous vous rappelez sans aucun doute ce genre de pubs à la télé : un matin d’été, le soleil brille, toute la famille prend son petit déjeuner dehors dans la joie et la bonne humeur et, discrètement, on le voit : une tartine de pâte à tartiner, un pot de café ou de confiture. Plus que montrer le produit (message initial), ces marques font passer un message implicite : leurs produits suscitent l’enthousiasme : il faut donc donner envie à son prospect pour pouvoir atteindre son but.

Une parfaite connaissance de l’entreprise est requise pour être un bon storyteller, autant sur les produits que sur ses valeurs et trouver le lien avec les besoins et les attentes d’un prospect. Hélas, n’espérez pas réussir du premier coup ! Il faut de nombreux essais et efforts pour toucher émotionnellement. Le système de persona permet d’avoir une bonne base de départ, mais il faudra fournir de nombreux efforts pour trouver la bonne manière de raconter vos histoires.

Le B.A-BA du storytelling

Comme toute stratégie de contenu, le storytelling se base sur une ligne éditoriale pour être efficace. Si chaque entreprise à ses propres moyens de communication, il se dégage une tendance que chacun semble respecter, basé sur l’écriture romanesque.

D’abord, des verbes d’action : il faut du dynamisme dans le récit. Oubliez les phrases types comme “faire du bricolage”, “faire la cuisine ” : bricolez, cuisinez ! Usez et abusez des verbes d’action sans pour autant négliger la fluidité du texte. Le storytelling est associé à la parole : écrivez comme vous parlez, quoi. Non seulement, le lecteur sera plus réceptif, mais il pourra également s’identifier plus facilement aux personnages de l’histoire, réelle ou inventée, sans caricaturer non plus.

Concernant la structure du texte en lui-même, il doit être composé de trois étapes-clés :

  • La situation initiale,
  • Le conflit (élément perturbateur),
  • Sa résolution.

En somme, présentez vos personnages et leur situation et les moyens à leur disposition pour trouver la solution à leur problème pour donner un sentiment d’achèvement. Vous pouvez également utiliser un sous-texte à votre prose, un double niveau de lecture pour l’enrichir. Il peut s’agir d’un message (votre slogan par exemple), d’une morale ou d’un conseil de vie.

Si le rythme rapide induit le dynamisme d’une action, la pause, quant à elle, donne un effet dramatique. On a le temps de ressentir ce que l’auteur veut nous faire ressentir : le suspens, le rire, la peur, la surprise, le désir, la tristesse, etc.

L’aspect visuel et qualitatif : la vidéo

On dit souvent qu’une image vaut 1000 mots : c’est d’une véracité éclatante dans le domaine du storytelling. Le visuel doit être parfait pour véhiculer efficacement votre message et vos valeurs en fonction du canal utilisé :

  • Vidéos / Publicités sur Youtube,
  • Spots publicitaires dans les médias web,
  • Vidéos sponsorisées (réseaux sociaux, affiliation, etc.),
  • Publicité sur les applis et jeux mobile.

Aujourd’hui, il est possible de susciter diverses émotions à travers le format vidéo. Par exemple, je suis friand des émissions artistiques comme Britain’s Got Talent sur Youtube, par simple loisir (et le plaisir des yeux). Un jour, je suis tombé sur la vidéo d’un magicien. Alors qu’il fait ses tours, il appuie ses propos avec une vidéo à propos de sa fille. Alors que la situation se dénoue, impossible pour moi de rester insensible, jugez par vous-même !

Pourquoi je partage cette vidéo dans un article à propos du storytelling ? Tout simplement car cette chaîne contribue largement à la notoriété des émissions similaires (nous avons bien La France a un incroyable talent !) et que chaque “clip” est une mini histoire.

Le rythme et les pauses dans le récit

Pour mieux comprendre le rythme, le mieux reste de regarder des clips : les histoires suivent la musique et instaurent par conséquent le rythme de l’histoire. CQFD. 

Prenons par exemple le clip du groupe Bad Wolves : Zombie en hommage à la chanteuse du groupe The Cranberries. 

Bon, ok, déjà, la musique en elle-même est connues, mais la construction est telle que les rythmes s’alternent pour créer l’émotion :

  • Les couplets lents : exposition des faits, raconte l’histoire et la situation 
  • Le refrain, rapide : l’indignation, la colère, la remise en question

Jouez l’avocat du diable et instaurez l’autorité

Le storytelling permet d’imposer un point de vue : le vôtre. Or, les réfractaires sont nombreux : anticipez leurs objections ! Des phrases comme “Vous allez me dire …” ou “Là, vous allez croire que …” vous seront d’une grande utilité. Utilisez l’esprit de contradiction à votre avantage pour trouver une parade et renforcer votre propre argumentation.

En complément, racontez votre histoire sur le ton de l’autorité en montrant votre confiance absolue et totale en vous. Alors que nous sommes dans un univers où chacun peut donner son avis, ceux qui osent dire vraiment ce qu’ils pensent sont rares. Ils commencent généralement leurs phrases par “À mon avis”, “Je pense que”. Prenez le contrepied et affirmez vos pensées !

Enfin, impliquez et interpellez vos lecteurs dans l’histoire. Parlez de lui, de sa vie, sa situation, sans pour autant le dévaloriser :

  • Utilisez un jargon complexe, c’est traiter votre lecteur d’ignorant ;
  • Utilisez des expressions comme « Le saviez-vous ? » ou « Pourtant c’est facile », c’est peu flatteur pour votre lecteur ;
  • Vous vanter ? Grave erreur ! Vous considérerez votre lecteur comme inférieur.
storytelling-adapter-son-langage

Bon, c’est un peu exagéré, mais vous saisissez l’idée. Le lecteur doit se sentir respecté, reconnu et puissant : votre égal. Personne n’aime les égoïstes et ceux imbus de leur personne ;).

Attention toutefois à ne pas tomber dans les dérives du storytelling avec des contenus sponsorisés au titre “putaclic” pour susciter l’intérêt. En effet, les contenus titrés comme “Voici un moyen de réussir son site web qui n’a encore jamais échoué !” ou “20 secrets que les journalistes ne veulent pas que tu saches !” sont certes accrocheurs, mais ils suscitent surtout la méfiance, ce qui est l’exact opposé de l’effet désiré. Dans vos campagnes de content marketing, soyez crédibles !

En cette période difficile, Kelcible est 100% disponible pour vous.

Si vous avez des questionnements ou ressentez le besoin d’échanger sur des problématiques dont la solution réside peut-être dans le digital, nous sommes disponibles par téléphone ou en visioconférence. 

Comment augmenter le taux de conversion de votre site e-commerce ?

#E-commerce

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Niveau de complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 7 minutes

Comment augmenter le taux de conversion de votre site e-commerce ?

25/01/2021

Vous possédez un site e-commerce mais vous ne savez pas comment l’animer ? 

On vous donne quelques bonnes idées pour animer votre site e-commerce et améliorer grandement l’engagement de vos visiteurs !

Règle numéro 1 : Une action = un objectif e-commerce.

Premier point, posez-vous la question suivante : « Est-ce que je souhaite » :

  • Créer de l’interaction ?
  • Promouvoir un nouveau produit / service ?
  • Augmenter mes ventes ?
  • Augmenter le panier d’achat des acheteurs ?
  • Fidéliser / ré-engager ma base clients ?

Ensuite seulement, vous choisirez les actions à mettre en place en fonction de vos objectifs.

Faire un planning dactions commerciales

Commencez par imaginer des actions commerciales à réaliser selon la saisonnalité :

  • Janvier : Nouvelle année / Soldes
  • Février : Mardi-gras / Vacances d’hiver
  • Mars : Fête des grand-mères / Printemps
  • Avril : Journée de la terre / Semaine du développement durable

Adaptez le planning à votre activité et à la nature de vos produits bien sûr.

Déterminer les actions marketing à réaliser pour animer votre site e-commerce

Temps forts identifiés, commencez alors à imaginer et valider vos actions marketing pour l’année en cours. Il faut désormais choisir les actions à mettre en place au cours des 12 prochains mois.

Pour animer votre e-commerce, vous pouvez :

Organiser un jeu concours :

Pas de panique, il existe des sites comme Social Shaker, très simple d’utilisation et permettant de créer des concours photos, quiz et jeux en tout genre.

Mettre en place une pop up de rétention :

En effet, cela peut vous permettre de proposer une offre spéciale à vos visiteurs.

Cette technique peut en gêner certains. Elle ne doit pas nuire à votre image en agressant l’internaute.

Proposer une offre limitée dans le temps :

Mettre en avant une offre promotionnelle limitée sur la bannière de votre site web et sur vos canaux de communication. Ça fonctionne !  

Il faut évidemment garder à l’esprit que plusieurs actions marketing doivent être liées pour que cela soit efficace.

Comment augmenter vos ventes et améliorer le taux de conversion ?

Analyser le parcours de navigation des visiteurs

Oui, c’est possible ! Vous pouvez suivre le parcours de vos visiteurs leur comportement globale à travers une :

  • Carte de déplacement de la souris : Déplacements sur le site sans cliquer.
  • Carte des scrolls (ou défilements) : Ratio des visiteurs qui arrivent en bas de page, moment du décrochage sur la page.
  • Carte des clics : Où cliquent les visiteurs sur l’ensemble du site

Il s’agit là de collecter des informations et d’affiner l’UX de votre site, pour in fine, améliorer le taux de conversion.

Offrir davantage de facilités de paiement sur votre site

Pourquoi ne pas proposer la possibilité à vos clients de régler en plusieurs fois directement sur votre site. Un moyen efficace et rapide de faire passer les achats aux montants importants.

Proposez plusieurs moyens de paiement

Chacun a ses préférences de paiement. Pensez-donc à ajouter des solutions comme Paypal, Apple Pay, Amazon Pay ou encore Google Pay sur votre site. Plus c’est rapide et simple, mieux c’est. 

Relancer les abandons de panier

Entre 70 et 80%, c’est le pourcentage moyen de paniers abandonnés sur un site e-commerce. Mais il existe quelques actions pour réactiver les ventes qui n’ont pas abouties :

Retargeting : Ciblez vos prospects avec des publicités liées à l’intérêt qu’ils ont exprimé sur votre site. Vous avez la possibilité de les cibler sur les sites de vos partenaires ou via des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou encore Linkedin.

Email de relance automatique : Programmez-le quand vous le souhaitez, 1 jour, 2 jours, ou plus après l’acte d’achat manqué.

Comment faire monter le panier d’achat de vos ventes en ligne ?

Proposer des packs de produits à un prix plus avantageux

Vous vendez sur votre site plusieurs produits complémentaires ou similaires ?

Essayez de proposer un lot à un prix plus avantageux. Plus de clients et un panier d’achat plus important.

Faîtes de l’up selling ou cross selling sur la page de commande

Votre client est sur la page de commande et a terminé ses achats, proposez-lui des articles en lien avec ceux présents dans son panier ou bien des articles similaires de meilleure qualité ou avec des éléments supplémentaires donc plus coûteux. L’objectif reste d’augmenter le panier d’achat moyen.

Certaines de ces actions nécessitent l’intervention d’experts comme un UX designer, un développeur, une chargée de SEO/SEA ou encore une cheffe de projet pour piloter l’ensemble des actions. 

Ça tombe bien, chez Kelcible, nous avons tout ces talents !

Avec Kelcible, profitez dun accompagnement personnalisé et des conseils de l’ensemble de nos experts pour développer votre activité et mettre en place une stratégie efficace pour atteindre vos objectifs.

Comment développer une stratégie de social selling ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Niveau de complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 4 minutes

Comment développer une stratégie de social selling ?

25/01/2021

Être un social seller, c’est intégrer LinkedIn dans votre stratégie commerciale BtoB principalement.

Regardons d’abord bien au-delà …

Le social selling s’intègre plus généralement à l’Inbound Marketing. On y ajoute du personnal branding et de l’employee advocacy.

Mais qu’est-ce que tout cela signifie ?

  • L’inbound marketing est une stratégie qui permet de faire venir le client à soi en lui proposant du contenu de qualité, en gagnant sa confiance et en établissant une relation. On y retrouve les newsletters, les landing page, les blogs ou encore l’animation des réseaux sociaux.
  • Le content marketing désigne les actions marketing qui visent à gagner des clients par la création et la diffusion de contenus divers (publication, article, webinaire, livre blanc …). 
  • Le personal branding est une pratique qui consiste, pour un collaborateur, à promouvoir son image en devenant en quelques sortes lui-même « une marque ». Il se construit individuellement une image pour contribuer plus globalement au rayonnement de marque de l’entreprise, dans le cadre d’une stratégie d’employee advocacy.
  • L’employee advocacy est le mécanisme par lequel l’entreprise mobilise ses collaborateurs pour les transformer en ambassadeurs afin de promouvoir la marque employeur dans une stratégie plus globale.
  • Le social selling utilise les réseaux sociaux pour interagir avec des prospects, les comprendre et les accompagner. Il s’agit de nouer des relations avec des clients potentiels.

Le social selling regroupe donc les 3 notions précédentes : Le content marketing, le personal branding et l’employee advocacy. 

Comment faire pour unir tout cela et développer une stratégie cohérente ?

4 axes majeurs sont indispensables pour mettre en place une telle stratégie et générer des prospects grâce à LinkedIn : Profil, réseau, contenu et interaction.

Première étape : Optimisez votre profil. 

Evident mais c’est un rappel. Complétez votre profil entièrement.

  • Photo professionnelle avec fond neutre si possible
  • Titre clair contenant votre fonction et le nom de votre entreprise
  • Résumé détaillé « un peu mais pas trop ». Evitez les phrases à rallonge et utilisez des puces
  • Expériences avec une liste des principales missions réalisées.
  • Formations (Il est évidemment inutile de remonter jusqu’au brevet des collèges)
  • Recommandations de vos employeurs, collègues ou clients, en 3-4 lignes, plus efficace qu’une lettre !

Une fois que c’est fait, vous pouvez vous lancez et élargir votre réseau : 

C’est le cœur de LinkedIn, le développement de vos relations. Il vous faut donc :

  • Déterminer vos cibles : Qui sont vos clients actuels et vos prospects ?
  • Créer des filtres de recherche grâce au puissant module « Recherche » de LinkedIn
  • Rédiger une demande de contact personnalisée pour augmenter votre taux d’acceptation
  • Envoyer des demandes le plus régulièrement possible
  • Et ne pas oublier de dire « Bonjour ! » à vos nouveaux contacts

Avoir un réseau, c’est une chose. Communiquer avec, s’en est une autre.

C’est alors que le content marketing entre en jeu, il est important de : 

  • Définir une ligne éditoriale, ce que vous souhaitez dire et sur quel ton
  • Créer des contenus pertinents et utiles pour vos cibles. Des articles, des posts ou encore des vidéos
  • Enfin, poster régulièrement, plusieurs fois par semaine dans l’idéal

Pour poursuivre et conserver un certain dynamisme dans votre réseau, il est indispensable d’interagir et de :

  • Commenter et liker le contenu de vos clients, prospects ou concurrents
  • Envoyer une demande de contact à ceux qui interagissent avec votre contenu
  • Échanger par message privé avec ceux qui commentent votre contenu

Pour conclure...

Il est important de mobiliser de nombreux collaborateurs, en fonction de la taille de votre entreprise bien-sûr. Dans le cadre de l’employee advocacy, sélectionnez en amont les collaborateurs qui participeront à cette stratégie, principalement des salariés du pôle « commercial » et « marketing ». 

De nombreuses stratégies peuvent venir compléter votre plan d’action.

Cet article vous apporte beaucoup de clés mais n’oubliez pas, rien de mieux qu’un accompagnement renforcé, une formation dispensée par des professionnels pour mettre en place une stratégie digitale au sein de votre entreprise.

En cette période difficile, Kelcible est 100% disponible pour vous.

Si vous avez des questionnements ou ressentez le besoin d’échanger sur des problématiques dont la solution réside peut-être dans le digital, nous sommes disponibles par téléphone ou en visioconférence. 

Comment bien répartir le budget de vos campagnes sur les réseaux sociaux ?

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Rayhane
  • Niveau de complexité
    • .
      .
      .
      .
      .
  • Temps de lecture
    • 5 minutes

Comment bien répartir le budget de vos campagnes sur les réseaux sociaux ?

11/01/2021

Petite ou grande, chaque entreprise doit se doter d’une stratégie marketing sur les réseaux sociaux et prévoir un budget pour mettre en œuvre cette stratégie.

Il est toujours possible de partager du contenu organique (non sponsorisé) mais aujourd’hui, cela ne suffit plus. Les taux d’engagement sont en baisse et de nombreux algorithmes limitent la visibilité des pages sur les réseaux pour inciter à mettre la main à la poche. 

En effet, lancer une stratégie de social media advertising (diffusion publicitaire de contenu sur les réseaux sociaux), ça coute de l’argent et du temps/homme. Ces campagnes publicitaires permettent de générer des leads, de booster vos ventes et de gagner en visibilité sur les réseaux. Cela reste non négligeable !

Multiplicité des plateformes (Facebook Ads, Twitter Ads, Linkedin Ads…), variété des formats de sponsorisation et disparité des moyens de calcul : Comment s’en sortir pour définir son budget et le tenir, on détaille cela plus bas.

Combien ça coûte ?

Cette notion dépend fortement des cibles, des objectifs et des plateformes choisies pour être le plus pertinent possible. Selon que vous ayez la volonté d’augmenter votre notoriété, le taux d’engagement ou dynamiser vos ventes; en BtoB ou bien BtoC; sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter, Snapchat ou autres…

Choses à faire : 

  • Établir ou mettre à jour ses personas
  • Définir ses objectifs (notoriété, engagement, conversion)
  • Sélectionner des canaux (Facebook, LinkedIn, Instagram, etc)
  • Et si vraiment vous avez besoin de vous convaincre, regardez ce que font vos concurrents : Ils ne font rien, lancez-vous ! Un boulevard s’ouvre à vous. Si au contraire, ils investissent massivement ? Il va falloir rattraper votre retard 😉
      •  

Prenons l’exemple de Facebook : Vous avez la possibilité de mettre un euro par jour ou même 50 centimes, il n’existe pas de minimum. Pour un e-commerce, le coût de clic s’élève en moyenne à 0,33€. Le coût par clic est le mode d’enchère avantageux. Vous ne payez que lorsque les internautes cliquent sur le lien et il vous est possible de choisir un montant maximal. (0,70€ par exemple). L’idée est de dépenser le moins possible pour 1 clic sur le lien.

Toutefois, si celui-ci est de 5€ mais que vous vendez vos produits à chaque clic, n’arrêtez pas ! 

À vous d’essayer, lancez des A/B testing pour identifier la version la plus rentable et ajustez votre budget. L’A/B testing vous permet de créer deux versions d’une même annonce en modifiant le visuel, l’accroche ou encore l’emplacement sur les réseaux sociaux. Les premiers résultats vont vous permettre de sélectionner l’annonce la plus efficace.

La seule règle, c’est de ne pas laisser la plateforme tourner en roue libre. Suivez régulièrement les résultats de vos compagnes et les coûts, notamment au démarrage afin d’éviter les mauvaises surprises. 

Si vous n’êtes pas sûr de vous, que vous n’avez pas le temps, la compréhension suffisante ou que vous avez peur des fameuses « mauvaises surprises », faites-vous accompagner par un prestataire externe. L’agence Kelcible peut gérer vos campagnes, vous former ou vous accompagner via des sessions de consulting.

Vous l’aurez compris, pas de réponse précise à « combien ça coûte ». Le budget dépendra de nombreux éléments (objectifs, nombre de réseaux sociaux…) qui pourront être ajustés par la suite.

Comment le repartir ?

Dans le temps, selon les produits ou services, le thème de vos campagnes…

Le curseur de votre budget publicitaire pourra être déplacé à l’infini. Budget quotidien, hebdomadaire, mensuel ou annuel : À vous de choisir ! De même, vous mettrez probablement plus de moyens pour vos produits phares et innovants. 

Il vous faudra donc définir votre stratégie de campagne :

  • Notoriété de la marque : se faire connaitre peut être la première étape.
  • Présenter les avantages de vos produits / services au maximum de personnes possibles.
  • Vendre vos produits / services en redirigeant vers votre site vitrine ou e-commerce de préférence.

Choisissez également une récurrence, qu’il s’agisse d’une journée portes ouvertes, d’une période de soldes ou d’une campagne constante.

Attention à prendre en compte dans votre budget stratégie digitale, le temps passé à la définition de votre ligne éditoriale, de votre planning de campagnes, la création du contenu et des visuels aux formats spécifiques. Cela a un coût qu’il ne faudra pas omettre pour que votre budget publicitaire soit en cohérence avec les moyens alloués. 

Comment le tenir ?

Comme j’ai pu vous le dire plus haut, il est nécessaire de suivre les résultats et coûts. Les plateformes comme Facebook Ads sont globalement très complètes et détaillées vis à vis de cela. Vous retrouverez vos KPI (Indicateurs clés de performance) comme le coût par clic, l’évolution du nombre d’abonnés, le nombre d’interactions, la portée qui est le nombre de personnes ayant vu votre annonce et bon nombre d’informations d’aide à la décision pour adapter vos paramètres. 

Ajustez jusqu’à trouver la bonne recette et surveillez la casserole sur le feu pour éviter qu’elle ne s’emballe !

Et les plateformes peuvent être multiples selon la stratégie de campagne choisie :

  • Facebook Ads propose plusieurs dispositifs adaptés pour un ciblage fin de l’audience en BtoB et BtoC avec des budgets variés et de nombreux formats. Les prix sont plus abordables que d’autres supports. 
  • Instagram Ads et son audience de -35ans assez large, BtoC en particulier. Votre visuel devra être irréprochable pour générer de l’engagement et des interactions sur votre publicité. La plateforme utilisée est la même que Facebook Ads, Business Manager.
  • Twitter Ads est beaucoup moins grand public. L’approche est plutôt BtoB ou institutionnelle selon votre activité. 
  • LinkedIn Ads est le support à privilégier pour générer des prospects qualifiés en BtoB même si les prix sont un peu plus élevés que Facebook Ads.

Vous pouvez également créer un tableau de bord sur Excel regroupant l’ensemble des KPI des différentes plateformes afin d’avoir une vue globale et de ne pas devoir « switcher » entre toutes lorsque votre responsable vous demande de lui faire un brief rapide sur les résultats de la semaine passée.

Vous avez désormais toutes les clés pour créer au mieux un budget pour vos campagnes réseaux sociaux. Planifiez, testez et ajustez !

En cette période difficile, Kelcible est 100% disponible pour vous.

Si vous avez des questionnements ou ressentez le besoin d’échanger sur des problématiques dont la solution réside peut-être dans le digital, nous sommes disponibles par téléphone ou en visioconférence. 

L’omnicommerce, l’ultime défi des boutiques en ligne

#Stratégie

Sommaire

  • Rédacteur
    • Sébastien
  • Niveau de complexité
    • . . . . .
  • Temps de lecture
    • 7 minutes

L'omnicommerce, l'ultime défi des boutiques en ligne

24/11/2020

L’arrivée des smartphones et des tablettes tactiles a totalement révolutionné le comportement des consommateurs. Toujours plus connectés et exigeants, ils désirent avoir la possibilité d’acheter ce qu’ils veulent à tout moment, quel que soit le canal utilisé. En conséquence, les webmarketeurs doivent aller chercher les consommateurs où ils se trouvent et répondre avec précision à leurs besoins.

Définition de l’omnicommerce : savoir s’adapter

Si le référencement naturel et payant permet d’être visible et d’attirer des visiteurs, ces canaux ne suffisent plus aujourd’hui. En effet, il est nécessaire de développer de nouveaux canaux de vente et d’interaction avec la clientèle. Pour cela, on peut bien entendu mettre en place un module sur son site pour pouvoir apporter une réponse rapide et adaptée, comme une FAQ, un tchat ou un bot virtuel.

Toutefois, ça serait gâcher un potentiel certain : il faut savoir s’adapter aux nouvelles technologies et utiliser tous les canaux en ligne disponibles comme les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) ou une borne tactile. Nous ne sommes plus dans l’ère de la communication unilatérale : il faut pouvoir offrir aux clients une réponse rapide, adaptée et personnalisée, quelle que soit l’heure ou le canal utilisé.

Ne délaissez pas pour autant votre boutique physique ! L’omnicommerce, à l’image de l’omnicanal, implique que les enseignes physiques doivent élargir leurs horizons et mettre en place des actions similaires et complémentaires pour attirer la clientèle.

La sphère numérique est séduisante et permet de nombreuses actions marketing. Néanmoins, il est nécessaire d’exploiter toutes les ressources à sa disposition pour attirer et fidéliser la clientèle :

    • Ventes flash / privées
    • Événements spéciaux pour vos clients
    • Promotions et réductions
    • Point click & collect
    • Invitation sur des salons
    • Etc.

Les objectifs de l’omnicommerce : personnaliser et simplifier

Prévoir et adapter sa communication

Ces interactions doivent concourir à la compréhension des besoins de votre client afin de lui proposer une expérience utilisateur personnalisée. Si le système de personas est aujourd’hui profondément ancré dans le webmarketing, l’analyse du comportement permet d’affiner le parcours client afin de l’optimiser et le personnaliser, en jouant sur la sphère émotionnelle. Non seulement, vous vous démarquez de la concurrence, mais vous fidélisez aussi votre clientèle en lui apportant une expérience globale satisfaisante et efficace.

Si une enseigne doit garder à l’esprit la gestion des stocks et son fond de commerce, il doit également participer à l’accompagnement des consommateurs tout au long de leur processus d’achat. En contrepartie, il augmente sensiblement le volume de commandes et de ventes tout en améliorant leur fidélisation et leur attachement à la marque. Grâce à l’analyse du comportement, il est plus simple de proposer des programmes personnalisés pour renforcer ces sentiments tout en touchant une cible plus large.

Prévoir et adapter sa communication

Grâce à l’analyse des comportements, rendue possible grâce à des outils comme Google Analytics, on peut désormais acquérir des données très précises, combinées à l’historique individuel. Le parcours d’achat doit donc être clair, précis et rendre possible les interactions personnalisées et pertinentes de bout en bout. C’est ainsi qu’il est possible d’établir un modèle prédictif des actions marketing à mener et de les activer au bon moment pour un impact plus important.

Attention toutefois à ce que ces actions soient cohérentes et bénéficient de toutes les ressources nécessaires à leur mise en place. En effet, l’organisation et l’homogénéité sont les piliers d’une action marketing efficace : tous les canaux ne sont pas forcément optimaux. Il faut donc pouvoir adapter la campagne, sans pour autant dénaturer le message à transmettre.

Personnaliser au maximum l’expérience utilisateur

En complément des nouveaux canaux de communication, de nombreux outils permettent de pousser l’expérience utilisateur à son paroxysme : l’assistance et la réalité augmentée. En effet, il est aujourd’hui possible de fixer un rendez-vous via un site spécialisé (à condition que l’enseigne y soit implantée), mais aussi via Google Assistant. Ces nouveaux services permettent ainsi aux marques bénéficiaires de creuser l’écart avec la concurrence tout en proposant aux consommateurs une expérience inédite.

Quant à la réalité augmentée, elle est en place depuis quelques années déjà. Les opticiens, par exemple, s’en servent pour orienter leurs clients vers un modèle de lunettes, ou les entreprises de peinture pour visualiser la coloration d’un mur. Aujourd’hui, le service est encore plus puissant, comme Ikea et son application permettant la visualisation en 3D de ses meubles directement chez vous.

Savoir s’adapter, la clé de l’omnicommerce

Il existe 1001 façons de se développer sur le web et d’atteindre ses objectifs. La clé, c’est avant tout de savoir quelles sont les possibilités adaptées à votre activité et d’avoir les ressources nécessaires pour les mettre en place. Avec Kelcible, profitez d’un accompagnement personnalisé et des conseils de nos experts pour développer votre activité et mettre en place une stratégie webmarketing efficace pour atteindre votre objectif.